Exposition -Un jardin dans le Ciel

Du 1er avril au 22 avril 2022

Exposition de peintures et de photographies de Myriam Zouaghi -Maulet et de Dominique Daquin. Du mardi au dimanche et jours fériés de 10h à 18h. Entrée comprise dans l'accès au parc du château.

O Présentation de Myriam Zouaghi-Maulet

Née en 1969 à Thonon-les-Bains, dès mon plus jeune âge, la peinture fut un moyen
d’expression.

Depuis vingt ans, je me suis beaucoup intéressée à la peinture des grands maîtres,
afin d’approfondir et comprendre leurs techniques. Mon inspiration s’est étayée en
approfondissant les œuvres de Claude Monet, Rembrandt van Rijn, Paul Cézanne,
Vincent Van Gogh, Eugène Delacroix, Henri Matisse, Paul Klee, Hiramatsu Reiji,
James Whistler, Felix Valloton, Berthe Morisot.

Il faut apprendre à travers l’expérience des autres, étudier patiemment et trouver sa
propre personnalité. L’aboutissement d’une toile est toujours une interrogation. Est-
on allé assez loin ? Quel sera le regard de l’autre ? Pourquoi ai-je interprété ce
paysage ainsi ? Est-ce la bonne lumière, la bonne technique ?
Vivant dans l’Eure, la lumière du Vexin Normand et ses paysages, les bords de
Seine et ses falaises de craie sont d’inépuisables sujets de création. Le lac Léman et
les fascinants bateaux « Belle époque » de la flotte suisse sont une source
d’inspiration marine.
Le support photographique est un outil de travail, un moyen qui me permet de
peindre sereinement, sans me soucier des variations de la lumière et des caprices du
temps.

C’est une grande chance et un bonheur d’exposer au château de Bizy et de vous
faire découvrir des œuvres personnelles aux visiteurs du parc et du château.


O Présentation de Dominique Daquin

"Depuis 2016, je n'ai eu de cesse d'explorer avec mon appareil photo encore et toujours ce merveilleux jardin, à l’affût de cette lumière tant recherchée par Monet, cette lumière si changeante selon le temps, l'heure, la saison en essayant de capter les mille couleurs du bassin aux nymphéas, de « saisir le jeu des mille paillettes » comme disait Delacroix.

J'ai aussi participé aux conférences captivantes de Philippe Piguet ce qui m'a permis de découvrir un Monet plus intime, plus proche….

J'ai découvert également les œuvres du peintres Hiramatsu Reiji dont 5 majestueux paravents peints selon la technique du nihonga qui allient tradition et modernité ainsi que plusieurs œuvres de Monet permettant une confrontation des influences croisées.

Mais pas seulement , j'ai aussi voyagé, notamment en Afrique, ce qui a bien sûr nourri ma réflexion et ouvert de nouveaux horizons sur la lumière et les couleurs : un nénuphar sur le fleuve Niger est-il le même dans la lumière que celui du bassin aux nymphéas ? Vaste sujet sur lequel je travaille et produis mes nouvelles photos.
Photographier signifie pour moi écrire avec la lumière, la lumière est notre matière première, notre encre, nos couleurs avec lesquelles nous allons pouvoir écrire et garder une trace. La couleur n'est elle pas qu'une sensation produite par la lumière ? En photographie, la couleur possède 3 qualités : la teinte, la saturation et la luminosité.
Monet n'était-il pas photographe ? Il avait paraît-il 4 appareils photos.

Le critique d'art Arsène Alexandre disait : « Claude Monet est le représentant le plus illustre des impressionnistes. Selon lui le peintre a vite été entraîné par son goût effréné presque sauvage pour la lumière qu'il synthétisait d'abord puis que bientôt il va analyser dans ses plus fugitifs , ses plus improbables éléments ».
Je n'ai qu'une hâte en ce début de printemps, c'est que le jardin de Monet ré ouvre afin que je puisse m'y promener en cherchant le meilleur angle, en analysant les points de vue du peintre, en essayant de mettre en application mes lectures, en ayant en tête l'effet japonisant jusqu'à l'abstraction, en cherchant la meilleure lumière pour sublimer les « mille couleurs » au jour le jour….

Vite...courrons au jardin